Les ambassades passent au vert

En 2015, dans la perspective de la COP21, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a décidé de mettre en place un projet « Ambassade verte ». Une « Ambassade verte » est une ambassade qui a engagé une démarche globale et progressive de réduction de son empreinte environnementale.

Depuis cette date, de nombreux projets écoresponsables ont vu le jour dans les ambassades.
Ainsi, par exemple, l’ambassade de France à Tokyo a installé un réservoir permettant de récupérer et traiter les eaux de pluie, ce qui a réduit de 20% la consommation en eau.
A l’ambassade de France à Nairobi, des panneaux solaires ont été installé pour produire de l’eau chaude pour la Résidence.
A l’ambassade de France à Addis Abbeba, des ruches contribuent à la biodiversité locale.

L’ambassade de France au Koweït participe à ce mouvement. La préoccupation n’est pas nouvelle : depuis 2019, l’ambassade remplace les ampoules de la Résidence par des LED ; depuis 2020, elle n’utilise plus de gobelets ou bouteilles en plastique, recycle le petit matériel électronique défectueux et utilise à la Résidence les herbes aromatiques cultivées dans le jardin.

Le comité écologique créé en décembre 2020 a vocation à structurer les actions de développement durable pour d’une part développer la prise de conscience et mobiliser les agents sur le thème, d’autre part mettre en place des mesures écoresponsables au sein de l’ambassade. Ainsi, en 2021, l’ambassade de France au Koweït :
-  met en place d’un composteur en palettes recyclées à la Résidence ;
-  utilise des sacs cabas réutilisables et en tissu pour les courses des réceptions à la Résidence ;
-  créé au CEFREPA un jardin potager collaboratif et un composteur en palettes recyclées ;
-  recycle les bouteilles en plastique ;
-  met en place au SGA un bac de récupération des piles et de petit matériel électronique des agents, qui sera vidé régulièrement dans le bac de l’Enterprise Enviroserve au Scientific Center.

Plusieurs de ces actions sont effectuées en collaboration avec l’ambassade d’Allemagne, colocalisée avec l’ambassade de France.
De façon régulière, l’ambassade incite aussi ses agents à être attentifs à la consommation électrique, la consommation d’eau, et le tri numérique.
Enfin, dans le cadre du renouvellement de la flotte automobile de l’ambassade, cette dernière vient de s’équiper d’un Renault KOLEOS, véhicule qui permet de mesurer l’éco-conduite du conducteur.

Dans cette même optique, l’ambassadrice a participé le 27 mars 2021 au webinaire organisé par l’ONG Kuwait Environment Protection Society (KEPS) sur le thème d’ « Une heure pour la planète ». La « Earth Hour » est une journée internationale organisée chaque année le dernier samedi du mois de mars à l’initiative du World Wide Fund for Nature (WWF) et du Sydney Morning Herald, un grand quotidien australien, pour que la planète prenne conscience de sa consommation matérielle (notamment d’énergie) excessive. Elle s’est tenue au Koweït, comme partout dans le monde, le samedi 27 mars de 20h30 à 21h30.

Le webinaire, tenu ce même jour de 19h30 à 20h30, s’est intéressé aux effets de nos comportements sur le climat et la biodiversité. Y participaient également des représentants du ministère de l’eau et de l’énergie, de l’autorité publique sur l’environnement, de la garde nationale koweïtienne, de la KEPS et du réseau arabe des ONG environnementales. L’ambassadrice a mis en avant la forte relation existant entre changement climatique, la radicale et dramatique transformation de la biodiversité sur tous les continents et les crises pandémiques de plus en plus nombreuses. L’Institut français du Koweït a de son côté veillé à l’extinction, pendant une heure, de toutes ses sources de consommation d’énergie rejoint dans ce geste par certains de ses personnels.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur ambassades vertes

Dernière modification : 02/06/2021

Haut de page